Frege et les surréalistes


 

Ce n'est qu'au printemps 1975 que je découvrais les écrits de Gottlob Frege. La logique mathématique, c'est-à-dire la représentation formelle des assertions et de leurs corollaires va alors devenir la base de ma thèse de doctorat. A cette époque les aspects formels de la logique comptaient avant tout. L'algorithme d'unification et son implémentation informatique semblaient rendre possible une modélisation de l'intelligence de type "problem solving". La logique mathématique semblait aussi être l'instrument qui permettrait de grands progrès dans les domaines de la compréhension par ordinateur et la traduction automatique. Frege est aussi un philosophe du langage. Ses réflexions mathématiques passent toujours par une discussion sur le langage. Plus exactement: par une analyse atomique du langage. Il n'étudie pas des textes entiers, mais prend en exemple des mots et des phrases isolés.


L'introduction de son essai "Die Grundlagen der Arithmetik -  eine logisch mathematische Untersuchung über den Begriff der Zahl" (1884)" (Les fondements de l'arithmétique - Une étude sur la notion de chiffre) commence ainsi: "A la question de savoir ce qu'est le chiffre un, ou ce que signifie le signe "1", on obtiendra le plus souvent comme réponse: hm, une chose. Et si on fait remarquer que la phrase


        "Le chiffre un est une chose"


 

n'est pas une définition, parce que d'un côté on a un article défini et de l'autre un article indéfini et que la phrase signifie donc que le chiffre un appartient à la catégorie des choses, mais ne précise pas qu'elle est cette chose, alors on sera peut-être convié à choisir une chose que l'on va dénommer un. Mais si chacun avait le droit de comprendre ce qu'il veut sous cette dénomination, alors la même phrase signifierait pour différentes personnes quelque chose de différent ; cette phrase n'aurait pas de contenu commun.


Frege pose donc la q
uestion: A quelles conditions peut-on affirmer sans doute possible que nous comprenons un signe ou une déclaration de la même manière? Je généralise: comment pouvons nous être certains que nous nous comprenons? Quarante ans plus tard les surréalistes se sont arrogés le droit de mettre en question le consensus trompeur de la communauté du langage. " Je crois à la dissolution future de ces états apparemment si contraires que sont le rêve et la réalité dans une sorte de réalité absolue, si on peut dire de surréalité" écrivait André Breton. Les idées de Frege ne sont pas moins visionnaires. La rationalité à  laquelle il aspire est aussi une réalité absolue. Pour tous deux il s'agit d'obtenir une perception totalement nouvelle de la réalité. Et tous les deux savent qu' il faudra établir de nouveaux fondements.


Les surréalistes voulaient une libération des mots. Non moins utopiste, Frege veut une libération du flou des concepts et des idées. Sa réponse est radicale. Dans sa Begriffsschrift il crée un métalangage, un langage sur le langage, qui a sa propre syntaxe et ne connait que des règles universellement valides: celles de la logique. On ne peut se libérer des mots de manière plus conséquente. Et, comme les surréalistes, il laisse aux lecteurs/regardeurs l' interprétation de la nouvelle réalité créée.


Sens, signification, valeur de vérité, valeur de connaissance: ces quatre concepts vont nous permettre d' appréhender la nouvelle réalité. Le tableau de Magritte "La trahison des images. Ceci n´est pas une pipe. (1928/1929)" les mélange volontairement. La proposition "ceci ≠ pipe" est sans aucun doute vrai. Si nous remplaçons "ceci" par           ,   nous obtenons l' assertion "                ≠  pipe", dont le sens est vrai (l' image et le mot pipe ne sont pas identiques), mais dont la signification, c' est-à-dire la valeur de vérité, est fausse, tout au moins si on donne au mot "pipe" et à l' image d' une pipe la même valeur de connaissance. Mais il serait aussi possible que l' on n' ait pas les mêmes valeurs de connaissance: le mot pipe a en français d' autres significations.

                                                                                                                      

Prologue                                                                                                                                            Impressum