Pierres et cailloux (Collioure)


 

C´est devenu une tradition. Aux alentours de Noël, nous allons nous promener à Collioure. Nous nous garons au parking du château, descendons vers le bord de mer, longeons les remparts et, après avoir passé le petit port, arrivons tout doucement à la place de l´église Notre-Dame des Anges. Les touristes sont rares. Souvent il fait bon, le soleil d´hiver est là. Bien couverts nous pouvons flâner jusqu´à la chapelle Saint-Vincent, grimper sur les rochers et continuer jusqu´à la pointe de la jetée. En revenant nous allons tout près de l´eau à la plage Saint-Vincent. C´est une petite plage de galets et de gravier. Polis par la mer, les petits cailloux multicolores brillent sous nos pieds. L´un de nous se baisse et commence à en ramasser quelques uns, puis chacun fait de même.  Cela peut durer un quart d´heure, une demi-heure. Finalement chacun a sa petite collection, l´un selon les couleurs, l´autre selon les formes. Chacun montre fièrement ses trouvailles comme s´il avait trouvé un trésor. "Regarde ce galet, il est presque transparent" dit l´un, "regarde cette petite pierre, elle est ronde comme une perle" dit l´autre. Soudain nous sommes tous dans un monde en parfaite harmonie, bercé par le clapotis des vagues.

Que s´est-il passé? Une rencontre pour le moins étrange entre un homme et une petite pierre. Pourquoi celle-là et pas une autre? Elles sont des millions et justement on se baisse et on en ramasse une. Il y a eu un infime choc émotionnel. Bien sûr un choc très doux: un regard, une forme, une couleur, qui interpelle, un geste vers elle (on se baisse), un contact physique (on la prend délicatement, on l´admire au creux de la main), un sentiment (elle est magnifique, elle brille sous le soleil), une appropriation (on ne la lâche plus, on va la garder). La petite pierre, qui n´était qu´une parmi des millions, est soudain devenue unique. Elle est passée d´un statut d´objet à un statut de signe. On n´a rien créé, mais le simple fait de l´avoir choisie (elle est à moi, elle est moi, peut-être aussi elle est pour toi) lui donne valeur de signe.

Comment comprendre le désir de collection qui suit? Chaque nouvelle pierre est-elle plus belle, plus intéressante que
la précédente? Ce nouvel ensemble forme bien un nouveau signe. Mais que signifie-t-il? Est-ce sa composition, sa structure, qui lui donne sa valeur? Et puis vient le désir de dire. Si nous savions déchiffrer l´émotion contenue dans cette pierre, nul besoin de paroles. Mais c´est impossible. Alors il faut bien des mots: "regarde comme elle est belle, regarde comme elle brille, etc...". Mots trop simples, début d´une communication qui n´aura pas lieu ("regarde ce que je trouve beau, parce que.., regarde, c´est moi..."). Les plus jeunes d´entre nous y croient pourtant. "Regarde,   c´est bien moi qui pense à toi...". En choisissant cette pierre, je n´ai pas l´intention de me livrer. J´ai simplement eu la joie d´être en accord avec moi-même. Un quart d´heure, une demi-heure suffisent, le bonheur est gratuit, je remets ma pierre à sa place dans la nature.

Ainsi il existe des signes, qui ne laissent pas de traces. Ou plutôt pas de traces visibles. Seuls notre mémoire, nos sens, sauront qu´ils ont existé. Supposons maintenant que la scène ait été filmée depuis quelque satellite et qu´on la retrouve dans un lointain futur. D´un côté on distingue quelques humains se promenant sur une plage. D´autre part des millions de petits cailloux, inlassablement remués par la mer. Soudain les humains      s´arrêtent, choisissent des pierres, les gardent dans leurs mains, puis, une demi-heure plus tard, les rejettent à l´eau. Quelle interprétation pourra-t-on donner à ce phénomène? Scène de pêche (mais pourquoi les rejeter à la mer?) Scène symbolique de pêche, acte divinatoire? Rite primitif d´adoration de la nature? Je ne peux     m´empêcher de penser au Xunzi: "Lorsqu´il pleut après qu´on a exécuté la danse de la pluie, qu´est-ce que cela signifie? Rien. C´est exactement comme s´il pleuvait sans que la danse ait été exécutée. Accomplir le rite pour "sauver" le soleil et la lune des éclipses, exécuter la danse de pluie en période de sécheresse, pratiquer la divination avant de prendre de grandes décisions, tout cela ne vise pas à obtenir ce que l´on demande, mais à entretenir la culture." La culture, c´est aussi un ensemble de traces invisibles.


Pierres et cailloux (Arp)




 

Prologue                                                                                                                                            Impressum